L’effet domino de la taxe sur la mode rapide en France ?

Après l’adoption en France d’une législation novatrice sur la mode rapide, qui pourrait voir l’ajout d’une taxe allant jusqu’à 10 euros par achat de mode rapide, plusieurs autres pays pourraient bientôt emboîter le pas avec des législations renforcées sur la transparence et la responsabilité.

Louise Deglise-Favre, analyste de l’habillement chez GlobalData, a confié à Just Style que bien que la loi proposée en France doive encore être adoptée – et nécessitera une clarification des détails et de la faisabilité globale du projet de loi – il est probable que d’autres nations suivront l’exemple français.

Deglise-Favre a déclaré : « La réglementation pour aborder les problèmes de durabilité dans l’industrie de la mode devient de plus en plus courante, il ne serait donc pas surprenant que d’autres pays mettent en place leur propre législation. »

L’Australie envisage une « nouvelle ère » de responsabilité
Un acteur de l’industrie pense que l’Australie pourrait suivre l’exemple de la France. « Plus que jamais, la durabilité des produits a un poids significatif dans les décisions d’achat des consommateurs », a affirmé Marie Kinsella, PDG du groupe International Expo et organisatrice de l’Expo Global Sourcing, qui se tiendra du 12 au 14 juin 2024 à Sydney.

« Parallèlement, les régulateurs introduisent des lois complètes sur la transparence et la diligence raisonnable des chaînes d’approvisionnement, inaugurant une nouvelle ère de responsabilité d’entreprise à laquelle les marques devront se conformer », a ajouté Kinsella.

« L’évolution de la mode consciente nous appelle », a poursuivi Kinsella. « Et nous sommes fiers de pouvoir offrir une plateforme au mouvement qui façonne les marques avec un but. »

Appels à une action décisive en Irlande
En Irlande, le président de Charity Retail Ireland, un organisme représentant les détaillants caritatifs du pays, a appelé l’Irlande à suivre l’exemple de la France. Écrivant sur LinkedIn, Mark Sweeney a déclaré qu’une action décisive est désormais nécessaire pour aborder la mode rapide.

Les consommateurs irlandais achètent plus de 50 kg de textiles par personne chaque année, presque le double de la moyenne européenne de 26 kg. Les articles de mode rapide peuvent être difficiles à revendre pour les magasins caritatifs en raison de leurs points de prix déjà bas lorsqu’ils sont neufs.

Sweeney a décrit la législation imminente en France comme une « lueur d’espoir ». Il a ajouté : « Il est temps de réimaginer la mode comme une source de joie et d’expression, plutôt que comme un contributeur à l’exploitation et à la dégradation environnementale. »

Deglise-Favre de GlobalData a déclaré que même avec des amendements ou des clarifications possibles ajoutés à la législation française sur la mode rapide ou le résultat global du projet de loi, son introduction a certainement lancé une tendance.

« Indépendamment de son issue, le projet de loi ouvre un débat plus large sur la responsabilité des gouvernements, des marques et des consommateurs dans la lutte contre l’impact environnemental de l’industrie de la mode », a déclaré Deglise-Favre.

« La proposition expose clairement son intention de devenir le modèle pour une réglementation plus large en Europe, indiquant que si elle est adoptée, elle incitera probablement d’autres pays à mettre en œuvre des lois similaires. Dans tous les cas, les acteurs de la mode rapide devraient s’assurer de continuer à améliorer leurs références en matière de durabilité et de transparence car des régulations supplémentaires en Europe sont inévitables dans un avenir proche. »