Ce que j’attends de nos hôtels du Tour de France

Avant de m’immerger dans une année de couverture du Tour de France, j’aime bien partir avec un esprit vierge. Il y aura le temps de se concentrer sur les détails de chaque étape, sur la liste des participants et sur les particularités de chaque ville traversée. C’est ce que réserve le mois de juillet. Mais pour l’instant, couvrir l’événement est une aventure à attendre avec impatience – les bons moments, bien sûr, mais aussi les sandwiches tristes des stations-service, les salles de sport étouffantes qui abriteront les centres de presse, le café exécrable. Combien est-il rare, à notre époque d’hyperexposition à tout, de pouvoir jouir du luxe d’une journée de surprises qui se déroulent, pendant des semaines d’affilée ? Le bonheur.

En tant que journaliste du Tour de France, cependant, il y a un aspect particulier de la journée qui est particulièrement aventureux : l’hébergement. La logistique de nos lieux de repos est gérée par notre intrépide leader Caley, et dans la frénésie de s’assurer que nous ne sommes pas à la rue en traversant la France, il est juste de dire que nous finissons souvent par séjourner dans des endroits surprenants (lire : pourris). Caley semble reconnaître l’humour inhérent à cela, ou du moins les possibilités de #contenu que cela peut présenter. Ainsi, avant même que j’aie fini d’organiser ma logistique pour arriver en France, il avait mis en place un document Google intitulé « Photos des Hôtels du TDF » : une photo par hôtel, une sorte d’amuse-bouche de ce qui nous attend.

Cela ressemble à un AirBNB assemblé avec un œil sur l’esthétique plutôt que sur le confort : les tabourets en métal dur au comptoir du petit-déjeuner, la mystérieuse tige filetée traversant le comptoir (?), la poubelle avec couvercle en métal dans le coin. Les plus remarquables sont les découpes en vinyle de dictons motivationnels éculés. Celui au-dessus de la télévision se décolle sur les bords, et si je devais deviner, il contient le mot « folie » dans le U et S hors cadre.

D’après les énormes radiateurs devant toutes les fenêtres visibles, cet endroit est mal isolé et sera donc étouffant de chaleur en juillet. Nous sommes en mode Tour de France avancé et nous ne sommes même pas encore dans le pays.

Rimini
L’hébergement à Rimini, sur la côte Adriatique en Italie, semble un peu mieux. Rimini est le lieu de décès de Marco Pantani, non loin de sa ville natale de Cesenatico, et à ce titre, la région est un site de pèlerinage pour les segments plus chauves et bandannés des fans de cyclisme. À en juger par les divers certificats encadrés de Booking.com et le flashy ordinateur Apple de bureau, ce sera parfaitement fonctionnel, bien que légèrement sans âme.

Bologne
La première (mais pas la dernière) photo de cet ensemble à provoquer une migraine. À en juger par les éléments présents, de nombreux choix ont été faits par ce prestataire d’hébergement, aucun d’entre eux n’étant bon. Voici quelques questions que je me pose :

Pourquoi cet hôtel met-il en avant qu’il a un sèche-cheveux bon marché ?
Pourquoi ce sèche-cheveux est-il dans la chambre ?
Pourquoi est-il branché derrière la tête de lit ?
Pourquoi le linge de lit est-il en paisley ?
Comment accéder à la prise, étant donné que la tête de lit est contre le mur ?
Quel est le second câble mystérieux qui sort de l’arrière du lit ?
Que met-on dans l’étagère en haut ?
Les propriétaires pensaient-ils que l’un des éléments de cette image attirerait des clients, ou essaient-ils de se sortir de leur affaire pour d’obscures réductions fiscales locales ?
Je vais manquer les premiers jours, et je suis à la fois triste et content de ne pas voir Jonny et Caley démonter le lit pour accéder à une prise pour brancher leurs ordinateurs.